Retourner
Icône Expérience

Disséminer des connaissances pour l’égalité des sexes dans l’entreprenariat

Alisa Niakhai, volontaire en ligne de l’ONU, a collaboré avec le Bureau des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) des Nations Unies

08 mars 2017
Partager
Woman entrepreneur talking on a mobile phone | UNCTAD/Marie Sicat

Peu de temps après avoir terminé son Master en Administration publique, Alisa Niakhai a découvert le volontariat en ligne grâce au programme VNU. Venant d’une famille modeste, elle ne pouvait se permettre d’effectuer un stage non rémunéré à New York ou à Genève pour participer au travail des Nations Unies. Par le volontariat en ligne toutefois, d’autres opportunités se sont offertes à elle, et Alisa a depuis rempli plusieurs missions de volontariat en ligne pour divers organismes des Nations Unies.

Lorsqu’elle a découvert que l’Unité de l’Innovation du Bureau des Technologies de l’Information et de la Communication du Secrétariat des Nations Unies (OICT) cherchait un(e) volontaire en ligne pour l’aider à synthétiser et simplifier un rapport sur les femmes entrepreneurs et les TICs, elle a sauté sur l’occasion. Peu de temps après avoir postulé, elle participait à un entretien téléphonique avec la Responsable de l’Innovation et son équipe et était choisie pour cette mission.

Alisa s’est lancée dans la synthétisation du Guide pour l’autonomisation des Femmes Entrepreneurs de 84 pages, produit par la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement, et en a extrait une courte note d’information contenant toutes les informations essentielles. La tâche s’est révélée difficile, mais Alisa a surmonté les difficultés grâce à appels hebdomadaires via Skype avec l’Unité de l’Innovation et un document Google. Le résultat de ce travail est un livre blanc de huit pages que l’OICT utilise dans tous ses exposés au Secrétariat des Nations Unies.   

« J’ai été ravie du niveau de compétences et de professionnalisme démontré par Alisa. Elle a été un atout pour ce projet, et avec son aide, nous avons été capables de démontrer le type de produits que notre nouveau programme d’information pouvait produire, » explique Radia Funna, la Responsable de l’Unité de l’Innovation.

Pour Alisa, l’intérêt de cette mission de volontariat est double : « J’ai appris énormément des réunions d’équipe et en voyant comment les projets sont discutés et mis en œuvre. J’ai aussi beaucoup apprécié le style de gestion de Radia. Dans nos réunions virtuelles, chacun pouvait poser des questions et proposer de nouvelles idées. Quoique la plupart d’entre nous ne se soient jamais rencontrés, nous avons pu travailler dans un esprit de collaboration et de soutien. »

Alisa a été également inspirée par les expériences des femmes entrepreneurs. « Alors que les solutions technologiques ont joué un rôle essentiel dans la création et la facilitation d’opportunités commerciales, l’absence d’accès équitable aux financements et des contextes réglementaires défavorables empêchent et découragent souvent les femmes entrepreneurs de réaliser leur plein potentiel. J’ai été étonnée de ce que les femmes entrepreneurs arrivent à faire en dépit de contextes moins que propices. »

Merci à Anojaa Karunananthan, volontaire en ligne, pour l’aide apportée à cette traduction.

L’équipe

  • UN Online Volunteer Alisa Niakhai

    Alisa Niakhai

    Biélorussie/Canada

    Elle travaille comme gestionnaire de données pour le Gouvernement du Canada et enseigne à l’Institut des Etudes Européennes, Russes et Eurasiennes de l’Université Carleton. Elle dirige par ailleurs sa propre société de conseil.

    « Je pense que les technologies créent des opportunités commerciales en elles-mêmes et facilitent la formation et le développement commercial. Avec l’aide des technologies mobiles et d’Internet, les femmes peuvent créer des entreprises plus compétitives. Mais nous ne pouvons ignorer les défis posés par le fossé numérique entre les sexes. Ce fossé est la conséquence d’inégalités systématiques en termes d’alphabétisation, d’accès et de moyens qui empêchent les femmes d’exploiter leur potentiel et d’avoir accès aux avantages offerts par les technologies. »